( 21 octobre, 2012 )

Mort d’un Bach-agha

Ben ali cherif 

ben ali cherif Mohamed cherif le gros propriétaire bien connu de la commune d’akbou vient de s’éteindre a l’âge de 78 ans  .

ancien bâcha-agha de douar chellata , ben ali cherif avait son burnous orné de la croix d’officier de la légion d’honneur quand éclata l’insurrection de 1871 .

il fut désigné par quelques ennemis jaloux de la situation , comme étant un des perturbateurs de l’époque et on l’arrêta . on le traduisit devant le conseil de guerre de Constantine qui prononça une condamnation et fut rayé de l’ordre .

entre temps les choses ayant été tirées au clair , il obtint de ne pas purger sa peine , mais il n’en resta pas moins dégradé pour cela .

ben ali cherif , ne garda point rancune de l’humiliation dont il avait été l’objet . il continua a avoir de bons rapports avec la population européenne a se montrer généreux vis- a vis de ses coreligionnaires bien que ses délateurs se trouvassent parmi eux .

il fit des démarches pour sa réhabilitation et affronta toutes les difficultés qui se dressaient en présence de cette grande question .

la décision , en haute lieu , se fait attendre , ben ali cherif perdait espoir, mais on dirait que la mort , cette file affreuse du temps voulait laisser la vie de ce vieillard se prolonger pour lui permettre de voir ses efforts se couronner de succès avant de trépasser .

il venait en effet d’être réintégré dans l’ordre duquel il s’était vu éliminer , quand il ferma les yeux pour le sommeil éternel .

c’est pourquoi des préparatifs ont été faits en vue de lui rendre les honneurs du dernier moment , mais le fils prétextant que le corps de son père avait été transporté dans une de ses propriétés , très retirée de la voie ferrée a dispensé , en insistant , paraît -il les autorités de se déranger .

obsèques ont eu lieu , en conséquence , sans rien du caractère officiel .

journal l’avenir de bougie . l’oued sahel  le 25- 10 -1896 page 02

Publié dans HISTOIRE par
Commentaires fermés
( 10 octobre, 2012 )

Mariage de fils d’un bachagha

AZIB BEN ALI CHERIF

                                                                                                                                                                        ( Hyménée )

le mariage de M.allaoua ben ali cherif  délégué financier avec la fille du général du protocole de son excellence le bey de Tunis  a été célébré lundi ou milieu d’une influence considérable d’amis venus de tous les côtés et d’indigènes accourus de tous les points de Kabylie .

la notoriété dont  jouit la famille ben ali cherif dont le services rendu a la France son connus de tous justifiait a tous égards la manifestation de sympathie dont elle a été l’objet et a laquelle le gouvernement avait tenu a s’associer M.le gouverneur général lui même accompagné de Mme violette , de Mlle Suzanne maury  , sa nièce , du colonel Meynier , chef de sa maison militaire et du directeur de son cabinet M. Frioux , s’était rendu a l’azib ou il a été l’hôte de la famille ben ali cherif pendant toute la journée du 06 .

le banquet donné a cette occasion et auquel assistaient les notabilités les plus importantes , parmi lesquelles nous citerons M.le procureur général Robe , M. Rouzaud  , le directeur des chemins de fer , M. Miraule , directeur des affaires indigènes M. le secrétaire général Masselot  , nos deux délégués financiers de la section kabyle , les sous -préfets de bougie et de setif , de nombreux fonctionnaires de tous ordres ,tous les administrateurs et les caïds de la région , et de nombreux amis a été des plus réussis .

il était d’ailleurs servi par la maison Bovard d’Alger , au champagne M.le gouverneur général a dit l’estime profonde dans laquelle le gouverneur tenait le jeune marie et sa famille et lui offert un coffret de tasses de sèvres offert par le gouvernement comme cadeau de noces en même temps qu’il décorait de légion d’honneur le frère du marie M.Mohamed ben ali cherif , conseiller général .

après  le déjeuner une superbe fantasia a été offerte aux invités et le soir , l’azib et ses alentours étaient radieuse ment illuminés donnant un aspect féerique a la demeure et aux jardins qui l’entourent .

aux félicitation qui lui ont été adressées de tous côtés , l’ << oued -sahel >> tient a prendre les siennes avec ses voeux de bonheur pour les jeunes époux .

 - l’oued -sahel – journal politique , littéraire , commercial et agricole 

- du 09-07-1925 ( A 39,  N 242 ) page 4/6

( 10 octobre, 2012 )

LA Mort d’un chef arabe , commandeur de la légion d’honneur

la population musulmane vient d’être douloureusement éprouvée par la mort d’un de ses plus  grand représentant ,vénérable Benaly cherif si cherif , commandeur de la légion d’honneur , président de la section kabyle des délégations financières , conseiller général , membre de la chambre d’agriculture de Constantine , dont la famille toujours dévouée et fidèle a la France .a joué un grand rôle lors des évènement de 1871 . si cherif Benaly cherif  ,qui vient d’être enlevé à l’affection des siens après une longue et douloureuse maladie , ne jouissait pas seulement de l’estime de ses coreligionnaires ,mais aussi des européens . car qui ne connaissait pas ce beau vieillard , vêtu d’un burnous de neige sur lequel s’étalait la cravate de commandeur de la légion d’honneur et dont la démarche noble et fière dénotait l’origine des grands chefs arabes .

ses obsèques ont eu lieu ,jeudi 26 décembre , a 03 heure de l’après midi , ou village chellata commune mixte d’akbou ,  ou milieu d’une très nombreuse affluence d’européens et d’arabes ,pendant tout le parcours riches et pauvres se faisait un pieux devoir de et le 24 chef indigène .

M. le gouverneur général , actuellement à paris , s’était fait représenter par M.luciani  , directeur des affaires indigènes ou gouvernement général , et par le colonel capdepont chef de sa maison militaire . dans la cour de la zaouïa, ou se trouve déjà les tombes des ancêtres de Benaly cherif , M.le directeur des affaires indigènes ; après avoir donnée lecture d’un télégramme adressé par M. le gouverneur général a la famille , a pris la parole .en termes éloquents et émus , M. luciani  à retracé la vie du défunt toute remplie de travail de bonté vis a vis les indigènes , et de loyalisme envers la France .

ces paroles ont produit une profonde émotion sur la foule recueillie qui se pressait autour de la tombe de cet homme bien .

puis , au nom de M. le préfet de Constantine , retenu a Alger , M. Mérandon ,administrateur de la commune mixte d’akbou , a rendu un dernier hommage de sympathie a l’homme de bien et au grand chef indigène qui a donné a la France de précieux témoignages de loyalisme . le plus Fidèle et de dévouement le plus absolu .

en suite , M. Casanova , maire d’akbou , s’est fait l’interprété des regrets que cette mort causera a toutes les personnes qui ont pu apprécier la droiture de caractère et la bienveillance de M. Benaly cherif .

enfin , M. ben slimane  belkacem , caïd du douar amalou , et M. l’hadi  tahar , ami de la famille , ont pris également la parole pour exprimer la tristesse que cause aux populations kabyles de la vallée de la sommam , la mort de l’homme de bien qui vient de disparaître .

nous adressant à ses enfants et à son neveu nos compliments de condoléances les plus attristées .

- d’après l’écho de bougie le 29-12- 1912  

|